I am a Robot and You ?
Dénicheurs de talents & de lieux où errer
  • Hurricanes by Camp Claude. I miss u D. ☆☆

  • Molly Nilsson “A Song They Won’t Be Playing On The Radio”

  • Dan, Mumsie and Buck

    It was in August 2014, I just left Highway 1 behind to get a glimpse of the californian desert where I met some extraordinary people who chose desert life…

    image

    E : First of all, introduce yourselves ?

    M : My name is Mumsie Suzanne and I’m from the desert areas (Idaho, Arizona, now California). I’ve lived in the desert for 36 years. Well, actually longer as I was born in the desert, in Idaho.

    D : I’m her son, Danny Buckley, and I’m mostly from Utah. I moved here from Utah a year and 2 months ago. Do I like it? Mmm…No. I guess it takes a while to get accustomed to this place. I still like up there in Utah…we have beautiful autumns and these gorgeous springs, summers and autumns…just like I imagine Europe is, with all these trees and the leaves changing colors. Utah is gorgeous. All my kids are there. I’m lonely without them.

    B : I’m Buck Buckley, I live in Joshua Tree. I’ve been here for 5 years now. I grew up in Orange County, in the city. I used to go to the Arizona desert when I was young. I started to come here when I was in High School, maybe even earlier; first time it was a date. I’ve always said it’s some kind of vortex kind of place. When I’d need a rest I’d climb on the top of some rocks, sleep there, come down the next day, and that was it really. Some sort of communion with a greater spirit. I’m not overly religious, but I do believe in a higher power…but I didn’t really appreciate this place back then as I was young and when you’re younger you love city life, the beach and all that stuff. As I got older I started liking solitude and being you and…just the feel of the desert. And so when the market crashed back in ‘07 and I lost my work and 2 houses in the Riverside Area I came here, looking for property. We bought 10 acres of land and we’re building an earth ship. To do this, I go back to what my mother told me: work with nature, without trying to fight her, as she’s always going to win. She’s gonna be here longer than any of us.

    image

    image

    image

    E : Which are the three things you love the most about living in the desert ? The things you hate the most ?

    M : Flora, Fauna, and the sky: sunrises and sunsets.

    D : *sings sunrise by Norah Jones* I love my mom, my brother, they’re in the desert so I like that. I don’t like the heat. I like getting up and watch the sky, or the night time stars.

    B : The light out here is amazing, it’s like nowhere else. That’s part of what makes it special - it changes from moment to moment. I like the open space. I don’t like fences and walls.

    image

    E : Outside your house in the desert, you actually rent a trailer whose deco is a huge tribute to the scifi movies of the 50’s. Why this particular choice ?

    M : Because the actual name of the trailer model is Rocket. It’s painted the way it was painted when it was produced. We went with the rocket Idea.

    D : Neat, huh?

    B : The Rocket is from 1958 and I bought it because of the doorbell. It’s a really cool doorbell.

    image

    image

    image

    E : Which is the most magical/spatial extra-terrestrial things that ever occured to you ?

    M : I’ve had quite a few. I had two sisters, one 10 years younger than me and the other one 20 years younger than me. We used to hike together all the time and one night we decided to go to a quick hike in the mountains. We stopped and meditated and spent too long, until it started getting really, really dark. We were in the shadows when a light came, showing us all the way down to the mountain. It was like the sun stopped setting until we got safe…it was really something. I’ve had a lot of this kind of stuff, I’ve walked in the desert for 35 years in Arizona and I’ve never seen a snake. You see, it’s like if you think about them, you attract them, really. If you don’t think about them, you don’t even see them.

    image

    image

    D : Magical? I’ve had a lot of things happening in my life. I had cancer. When I turned 30 I went to a hospital and they told me: “Go back home, take your kids to Disneyland, you have 90 days to live.” I went to my church and I received a blessing. Now I’m still alive, and I’m 62. That was pretty magical. The most magical thing in my life, though, that’s my children.

    image

    E : The Buzzards Roost is simply one of the most incredible airbnb experiences I had. This rocket is - without any shadow of doubt - a really special spaceship allowing its lucky inhabitants to enjoy :

    -the most incredible view of the Galaxy this side of the World;

    -the sound of the wind blowing into the desert;

    -the noises of all the animals living just a few feet away;

    This place made me feel as privileged people propulsed in the 50’s in the middle of the desert but as the same time light-years ahead in terms of ecology, energy saving and all-round wisdom. Thanks to the wonderful family who welcomed us in the warmest way.

    TO BOOK NIGHTS IN THE ROCKET, HERE IS THEIR AIRBNB 

    • 1
    • 1
  • Antoine et Lili

    Si j’étais née garçon, ma mère m’aurait appelée Antoine… 
    Antoine sommeille donc en moi tandis que la petite Lili, si douce et si câline, m’entraine dans sa maison en me tirant par le bras. 
    Une véritable caverne d’Ali Baba !!
    image

    Dans ce lieu charmant, le long du canal St Martin, on trouve mille objets et curiosités colorés, ramenés au gré de leurs voyages : des flamants roses, des tapis ethniques, de la vaisselle exotique, des lampes champignons, des fleurs en tergal, des poupées-bougies, des boules à neige, des coussins-chat ou encore des animaux en carton fleuri…

    "Antoine et Lili" ça sonne comme Harry et Sally, Amélie et Nino, un couple d’Inséparables, de baroudeurs qui fait rêver à travers le monde !

    image

    Plus d’infos ici

    Photos ©Chloé Bonnard

  • Fog City

    image

    "If you’re going to San Francisco, be sure to wear [a wool jumper and an umbrella]"… 

    image

    image

    image

    Le rêve californien ne s’est pas concrétisé dans cette ville du nord ouest des États-Unis où contrairement aux idées reçues, il y fait très (très) frais dû à un timide soleil se cachant régulièrement derrière un brouillard si dense qu’il enveloppe le Golden Bridge de grisaille. “Frisco” ou “The Paris of the West” sont donc des surnoms que San Francisco porte bien… 

    image

    image

    La seule journée ensoleillée a été consacrée au Dolores Park où l’on peut acheter des noix de coco tranchées à la hache avant d’être remplies de rhum, ou encore des cookies aromatisés aux herbes magiques…

    image

    image

    Mis à part les quartiers de North Beach, Mission et Castro, l’enthousiasme de Kerouac pour ”the fabulous white city of San Francisco on her eleven mystic hills with the blue Pacific” reste tout de même à nuancer dans la mesure où l’auteur n’y a jamais vraiment vécu.

    • 1
    • 2
  • The Box Man réalisé par Nivan Mullick

    Film d’animation en stop motion inspiré par “L’Homme Boîte” de l’écrivain japonais Kobo Abe

    (Source : youtube.com)

  • (Source : dianesagnier)

    • 6
    • 6
  • L’Uomo Meccanico

    For many years this early science fiction film from Italy was regarded as lost. Some reels of the Portuguese release version were discovered in Brazil. The discovered film amounted to 740 meters which is believed to be approximately 40% of the complete film. Luckily, the discovered footage came from the later part of the film and included some of the special effects and the battle of the two robots in the Opera House. By mid-2006, this is the only footage known to survive…

    Directed by André Deed

  • Avant-dernier épisode de la saison en compagnie de la comédienne Élodie Hachet, également fondatrice du blog culturel I am a Robot and You ?.

    PLUS D’INFOS
    • Site web : http://Satoorn.fr
    • Blog : http://Blog.Satoorn.fr
    • Facebook : http://fb.com/Satoorn
    • Twitter : http://twitter.com/Satoorn
    • iTunes : http://itunes.satoorn.fr

  • Kevin Garnichat

    Fraîchement diplômé du CNSAD cette année, Kevin Garnichat fait partie de ces jeunes comédiens multi-talented, aussi à l’aise devant la caméra que sur les planches, qu’il s’agisse de jouer en chantant et en dansant. Il a d’ailleurs été choisi pour tourner dans le court métrage d’Alexis Michalik dans le cadre des Talents Cannes Adami 2014 dont le thème était la comédie musicale. Si vous n’avez pas encore vu le film et la performance très réussie de Kevin, France 2 le propose en replay ici.

    image

    E : D’où viens-tu ? Peux-tu nous résumer ton parcours dans les grandes lignes ? Comment es-tu devenu acteur ?

    K : Je viens d’une charmante bourgade en région parisienne répondant au doux nom de Velizy. Réputée pour son magnifique centre commercial au nom original, Velizy 2, et sa base aéronautique, Villacoublay. J’y ai passé mes 18 premières années avant de venir m’installer sur Paris. Vers 14/15 ans, j’ai participé à une veillée “match d’impro” en colo de vacances et ça a été une révélation. A la rentrée suivante je me suis inscrit à l’atelier théâtre de mon lycée et depuis je n’ai plus arrêté. Le théâtre a pris de plus en plus de place dans ma vie jusqu’à ce que je convainque mes parents de me laisser en faire mon métier. Je suis passé par le Conservatoire Régional de Versailles, l’école du Studio Théâtre d’Asnières, et je viens de finir ma dernière année au Conservatoire à Paris. Je ne suis donc plus étudiant, pour la première fois de ma vie, et la sensation est étrange.

    E : Comment se passe une audition pour les Talents Cannes Adami ? Comment s’est passé le tournage sous la direction d’Alexis Michalik ? En tant que Pim Poum ? Enfin, parle-nous de ton expérience de Cannes… 

    K : Les Talents Cannes Adami sont organisés chaque année depuis une vingtaine d’années. Ils visent à promouvoir de jeunes comédiens en leur offrant ce qui leur manque le plus: une exposition médiatique et de l’expérience. En tant que comédien, il suffit dans un premier temps d’envoyer CV, lettre de motivation, quelques photos et d’attendre que la chance nous aide. Les réalisateurs sélectionnés chaque année, ou les directeurs de casting avec qui ils travaillent ont accès à toutes les candidatures envoyées (environ 850) et choisissent les comédien(ne)s qu’ils veulent auditionner suivant les profils qu’ils recherchent. Dans chaque court métrage il y a maximum 4 comédiens.

    image

    Le tournage avec Alexis Michalik était plus qu’agréable. Le but était simple: réaliser le meilleur court métrage possible en prenant un maximum de plaisir, c’est à dire en dosant comme il le fallait bonne humeur, humour et sérieux dans le travail. Autant dire des conditions de travail plutôt plaisantes.. Comme son nom ne l’indique pas “Pimpoum le petit panda” se rapproche plus de la comédie que du documentaire animalier, il fallait donc respecter un rythme précis lié à la comédie tout en prenant du plaisir à jouer, ce qu’Alexis permettait en nous laissant suffisamment de liberté pour proposer différentes choses tout en recadrant quand il le fallait.

    image

    C’était la première fois que j’allais à Cannes et j’en ai pris plein les yeux. L’effervescence qui y règne est un peu démesurée, mais n’y étant resté que deux nuits je n’ai pas eu le temps d’en être dégoûté. J’ai ouvert grand les yeux en me disant qu’on ne vivait pas ça tout le temps dans sa vie, et je suis revenu avec de beaux souvenirs pleins la tête. C’était quand même assez extraordinaire…

    Les courts métrages Talents Cannes sont projetés durant le festival et j’ai rarement eu aussi peur que pendant la projection de “Pimpoum”: c’était la première fois que j’assistais à une projection publique d’un film auquel j’avais participé et la sensation de ne plus pouvoir retoucher à ce que l’on a fait, à la manière dont on a joué est assez particulière. A l’inverse du théâtre où, si l’on n’a pas eu de bonnes sensations un soir, on se dit qu’on fera mieux demain, là tout est figé, et pour de bon… Heureusement la projo s’est bien déroulée, ça a été un soulagement.

    E : Le meilleur film de tous les temps selon toi et si tu ne devais en citer qu’un ?

    K : “OSS 117, Rio ne répond plus”. Je l’ai vu 12 743 fois et je crois que je ne m’en lasserai jamais. Si Michel Hazanavicius lit cette interview, qu’il sache que je peux me libérer s’il veut tourner le 3è…

    E : Tu as réalisé un court-métrage, Le bout du rouleau qui a obtenu le premier prix du concours “Prix de court”,  peux-tu nous en dire un peu plus ?

    K : C’est un court métrage que j’ai réalisé en 2011. Une sorte de manifeste au sortir de l’adolescence. J’avais besoin de dire certaines choses, comme pour m’en soulager. Il me parait un peu enfantin maintenant mais je suis content de l’avoir fait, je crois que j’en avais besoin, pour me permettre d’avancer.

    image

    E : Tes projets en tant que comédien ? Scénariste ? Réalisateur ? 

    K : Je joue en Octobre à la Cartoucherie de Vincennes avec une partie des Talents Cannes de cette année un spectacle mis en scène par Georges Lavaudant sur des textes de Marie NDiaye. Puis au TGP de Saint Denis en février 2015 “Berliner Mauer”, avec la moitié de ma promotion du Conservatoire. C’est un spectacle autour du mur de Berlin assez original: la salle est séparée en deux par un mur et il y a deux spectacles simultanés correspondant à Berlin Est et Berlin Ouest.

    J’écris toujours mais je ne sais pas encore quelle forme cela prendra: pièce, court métrage, série ou long métrage… L’avenir nous le dira… :)